nouvel élan pour l’expérimentation Ecout’Emoi sur le Val-d’Oise. 

Depuis trois ans, la Maison des adolescents (MDA) Est Val-d’Oise est impliquée dans l’expérimentation nationale Ecout’Emoi, en lien avec l’ARS Ile-de-France et la CPAM. Destiné aux jeunes en détresse psychologique, ce dispositif permet de tester un accès facilité et rapide à des prises en charge par des psychologues libéraux dans la limite de 12 consultations maximum pour un jeune et les titulaires de l’autorité parentale. Ce forfait de 12 consultations est pris en charge par !’Assurance maladie. 

L’expérimentation est portée par la Direction générale de la Santé (DGS) et la Fédération française de psychiatrie (FFP), en lien avec la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO), la Direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP). Une pluralité de partenaires, notamment les élus locaux, l’académie de Versailles et les professionnels de santé, est engagée dans ce dispositif. Si le rôle des médecins est essentiel pour informer et repérer les jeunes en souffrance psychique, la sensibilisation des jeunes et des familles doit s’appuyer sur un partenariat fort avec les villes et leurs services santé. 

Au regard des premiers éléments d’évaluation et dans le contexte de dégradation de la santé mentale liée à la crise COVID19, la DGS a décidé d’amplifier la dynamique portée par Ecout’Emoi, se traduisant dans le Val-d’Oise par une extension du public cible.

Ainsi, la capacité du dispositif à s’inscrire dans le repérage précoce est renforcée. La tranche d’âge concernée, initialement circonscrite aux 11-21 ans est désormais élargie aux 6-21 ans. Cette intervention est portée par le centre hospitalier de Gonesse. 

Outre les communes initialement engagées dans l’expérimentation (Goussainville, Sarcelles, Villiers-le-Bel, Garges­-lès-Gonesse), trois nouvelles villes sont désormais intégrées dans le dispositif : Gonesse, Arnouville, Le Thillay. 

La place des médecins est renforcée dans le nouveau cahier des charges avec une ouverture de la participation aux médecins généralistes, aux médecins scolaires et aux médecins exerçant en centre municipal de santé. Tous peuvent désormais remplir les fonctions de médecin évaluateur. Leur rôle de « porte d’entrée » dans le dispositif est ainsi réaffirmé et l’adhésion des professionnels est facilitée par la simplification des procédures d’engagement. Le médecin évaluateur doit exercer sur les territoires de l’expérimentation ou sur des territoires limitrophes. Il doit par ailleurs être inscrit sur les listes des professionnels participant à l’expérimentation. 

Parallèlement, le parcours a été simplifié. Selon l’évaluation médicale, le médecin peut orienter l’enfant ou le jeune vers un psychologue libéral participant à l’expérimentation ou vers un psychiatre du territoire (MDA, CMP notamment) en spécifiant l’orientation vers le dispositif Ecout’Emoi

Enfin, l’expérimentation qui devait s’achever fin décembre 2021 est prolongée concernant les prises en charge. Les jeunes devront être inclus dans le programme avant fin décembre 2021 mais auront la possibilité de bénéficier des consultations de psychologues jusqu’à la fin 2022. 

Les services de l’Agence Régionale de Santé sont à votre disposition pour vous accompagner dans la communication auprès des médecins du territoire susceptibles de s’engager dans cette démarche. 

La Directrice, Dr Laure KERVADEC,  Délégation Départementale du Val d’Oise, Agence Régional d’Ile de France.