LETTRE OUVERTE

Madame Marisol TOURAINE
Ministre des Affaires sociales, de la Santé
et des Droits des Femmes
14 avenue Duquesne
75350 PARIS 07 SP

 

Paris, le 16 Janvier 2015

Madame la Ministre,

L’année 2015 vient de débuter sous de terribles auspices. Face à cette barbarie, éprouvé comme l’ensemble de nos concitoyens, l’Ordre des Médecins a témoigné de sa profonde tristesse et de son indignation, en observant une minute de silence lors de la journée de deuil national et en participant à la marche républicaine. Nous sommes aux côtés des pouvoirs publics dans cette épreuve et nous nous associons pleinement au rassemblement autour de nos valeurs de démocratie et de liberté d ‘expression.

Pendant ces événements dramatiques, face aux violences et à la mort, des médecins ont été une fois de plus présents parce que c’est leur devoir et leur mission. En sauvant des vies et en prenant en charge les souffrances secondaires à ces drames, les médecins ont joué le rôle fondamental qui est le leur. Ce rôle, les médecins l’assument de façon singulière au coeur de la population et ce, malgré les difficultés. Au-delà de ce drame, c ‘est par leur indépendance, leur dévouement et leur compétence que les médecins assurent leur responsabilité. Les médecins sont au coeur de notre système d ‘organisation des soins. Sans médecin, il n’y a pas de système de santé.

Vous avez déposé un projet de loi qui soulève une grande inquiétude et a transformé l’exaspération des médecins en colère. Si des axes positifs sont inclus dans ce texte, il n’apporte pas les réponses appropriées aux problèmes des médecins et aux attentes des patients. Surtout, il porte dans son esprit la philosophie qui conduit à une médecine réglementée et administrée. Cette intention met en péril le fondement de notre système de soins sur l’indépendance de l’exercice médical. C’est pourtant ce principe qui fait l’excellence reconnue, depuis toujours et par tous, du système de santé français. Cette réforme, que vous dites “faite pour les patients », ne pourra pour autant se faire “sans les médecins”.

Lire la suite en téléchargeant la lettre pdf